Blog Home

Un processus collaboratif pour renforcer le déploiement de l’assurance maladie béninoise

En anglais.

Dans un effort pour stimuler la croissance socio-économique du Bénin pour sortir le plus possible de sa population de la pauvreté, le gouvernement du Bénin a mis en place le projet Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH). Le projet ARCH se concentre sur quatre réformes majeures, dont l’assurance maladie pour atteindre la couverture sanitaire universelle (CSU). La Plateforme Collaborative Africaine pour des Solutions de Financement de la Santé (ACS) soutient le Gouvernement du Bénin dans sa quête de CSU à travers le déploiement du volet Assurance Maladie-ARCH (AM-ARCH). Le but ultime est de fournir une couverture sanitaire de qualité à l’ensemble de la population béninoise. AM-ARCH est actuellement dans sa phase pilote et propose une assurance sanitaire gratuite à une partie de la population, caractérisée comme étant extrêmement pauvre dans trois zones de santé (Figure 1): Abomey-Calai-Sô Ava, Dassa-Glazoué et Djougou-Copargo -Ouaké.

Benin AM-ARCH Pilot Health Zones

Pour assurer la mise en œuvre réussie de la phase pilote de l’AM-ARCH, ACS a soutenu une approche participative et inclusive pour aider le gouvernement du Bénin à atteindre les objectifs du pilote. À cette fin, ACS a assisté le gouvernement du Bénin à élaborer un programme d’apprentissage pour AM-ARCH, avec la participation des principales parties prenantes pour renforcer la collaboration entre les partenaires clés et créer un environnement pour que toutes les parties prenantes contribuent à l’apprentissage en tenant un programme d’apprentissage. atelier collaboratif en 2019.

Forger une vision commune et développer un programme d’apprentissage

L’élaboration d’un agenda d’apprentissage pour le programme AM-ARCH a été la première occasion de réunir les décideurs politiques (UGP-ARCH, Ministère des Affaires Sociales et de la Microfinance, Ministère de la Santé), des prestataires infranationaux (centres de promotion sociale, zones de santé), et les leaders communautaires ensemble dans un dialogue sur la mise en œuvre d’AM-ARCH. L’équipe ACS a soutenu une approche collaborative de l’élaboration du programme d’apprentissage afin de garantir que chaque partie prenante puisse partager ses attentes pour la mise en œuvre pilote. Ce processus a commencé avec l’équipe d’ACS Bénin facilitant la sensibilisation individuelle via des appels téléphoniques, des enquêtes en ligne et des discussions en personne pour solliciter le point de vue des parties prenantes individuelles sur les principales questions relatives à la manière de réussir à étendre le programme pilote AM-ARCH. En gardant ces informations en tête, les animateurs ont mieux adapté le déroulement de l’atelier sur le programme d’apprentissage et ont été mieux à même de dégager le sens caché ou les préoccupations non exprimées lors des discussions de l’atelier.

L’atelier a commencé par une présentation sur un «programme d’apprentissage», qui est «un ensemble de questions traitant des lacunes critiques dans les connaissances, empêchant une prise de décision éclairée concernant la conception et la mise en œuvre d’une réforme ou d’une nouvelle politique. Les réponses à ces questions permettent à un gouvernement ou à un comité de travailler de manière plus efficace. » L’atelier, qui s’est déroulé sur deux jours, a incorporé plusieurs approches de facilitation telles que le travail en petits groupes et les échanges en plénière appuyés par des présentations sur les méthodes d’apprentissage qui ont démontré les différentes façons dont l’apprentissage pouvait être associé au plan global de mise en œuvre.

Alors que les défis des parties prenantes concernant AM-ARCH n’étaient pas entièrement alignés au début, ce processus de collaboration leur a permis d’harmoniser leurs perspectives et leurs préoccupations. À partir de ce travail, les parties prenantes ont donné la priorité à trois domaines d’intervention principaux, qui, selon eux, doivent être étudiés pendant la phase pilote pour assurer une mise à l’échelle réussie. Celles-ci comprenaient: 1) la fourniture de services de santé de qualité, 2) le remboursement en temps opportun des services de santé par l’ANAM (Agence National de l’Assurance Maladie), et 3) une stratégie de communication efficace qui permettrait aux bénéficiaires d’AM-ARCH de comprendre à quels services de santé ils ont droit.

Ces priorités ont été utilisées pour former l’épine dorsale du programme d’apprentissage. L’équipe ACS a aidé les parties prenantes à identifier les questions d’apprentissage suivantes en fonction de leurs discussions sur les principales questions concernant la mise à l’échelle du pilote AM-ARCH:

  • Quelles sont les principales méthodes et stratégies pour concevoir et gérer un système de gestion des plaintes efficace pour la FA -Bénéficiaires ARCH?
  • Quels mécanismes devraient être mis en place pour mieux évaluer la qualité du système de santé?
  • Quelles sont les forces et les faiblesses du mécanisme de remboursement des services de santé?
  • Quel est l’impact du plan de communication sur la compréhension par les bénéficiaires de l’ensemble des prestations de santé?

En effet, le processus de conception de l’agenda d’apprentissage AM-ARCH a été un succès en raison des méthodes utilisées par ACS pour s’assurer que les gens ont l’impression que leur voix est entendue, les idées de chacun ont été mises sur la table et le groupe a collectivement priorisé ces questions d’apprentissage. En passant par le processus d’idéation / brainstorming de groupe, puis en permettant au groupe de voter pour laquelle des nombreuses idées devraient être priorisées, les personnes ont été engagées et peuvent voir leurs questions / idées reflétées dans la série finale de questions qui sont maintenant examinées.

Bonnes pratiques et leçons apprises pour soutenir l’élaboration d’un programme d’apprentissage pour la CSU

L’importance de la préparation préalable et de la promotion d’un environnement de travail ouvert et inclusif

Le leadership de l’UGP et la collaboration de l’ACS dans la préparation et la promotion d’un environnement de travail inclusif (avec le soutien du projet ACS) ont contribué au succès de l’atelier sur le programme d’apprentissage. Avant l’événement, ACS, en tant qu’animateur neutre, a administré un questionnaire (par téléphone, formulaire Google et en personne) à toutes les parties prenantes pour comprendre leurs attentes à l’égard de l’atelier. Cette préparation a permis d’intégrer les attentes des parties prenantes dans la conception de l’atelier, comme en témoignent:

  • Les parties prenantes disposaient de temps avant l’atelier pour réfléchir sur les leçons tirées du passé ainsi que sur les attentes et les défis de la phase pilote et étaient ensuite prêtes à partager ces informations pendant l’atelier.
  • Ceux qui ne se sentaient pas à l’aise de parler en public (peur de l’autorité, par exemple) pouvaient donner librement leur opinion à l’avance.
  • Permettre à l’équipe de facilitation de faire une présynthèse et de donner des orientations méthodologiques.

Résultats convaincants pour une première expérience de consultation multisectorielle sur AM-ARCH

L’atelier du programme d’apprentissage pilote AM-ARCH a réuni les principaux intervenants du système de santé dans l’ensemble du système de santé. Dans le passé, ces parties prenantes travaillaient souvent isolément, certains des acteurs clés étant incapables de contribuer. C’était la première fois que l’UGP rencontrait de nombreux acteurs de la mise en œuvre, permettant à la direction de l’UGP de comprendre les préoccupations, de répondre aux questions sur la phase pilote du programme et de développer des points d’accord entre les groupes de parties prenantes. Les principales réalisations de ce premier atelier comprennent l’identification collaborative des défis anticipés de la phase pilote, la reconnaissance par les décideurs de l’utilité de collaborer avec un groupe diversifié d’intervenants du système de santé, y compris les prestataires, et la répartition des responsabilités entre les acteurs.

Les participants ont rempli un questionnaire de satisfaction à la fin de l’atelier, constatant que 93% des participants étaient très satisfaits de la façon dont l’atelier a été mené ainsi que de ses réalisations. Ils ont apprécié le fait que «l’ACS en tant que projet ne s’accompagnait pas d’un plan de travail préconçu et des indicateurs de projet conventionnels habituels». ACS a commencé ses interventions “sans idées préconçues et a créé un environnement dans lequel chaque voix était valorisée et prise en compte. Les décideurs se sont assis et ont écouté. D’autres parties prenantes ont également partagé leurs points de vue sans crainte.”

La définition des questions d’apprentissage / d’évaluation au début de la mise en œuvre de la phase pilote AM-ARCH a permis à l’UGP de procéder à des suivis prospectifs qui prendront en considération les préoccupations des parties prenantes; Les réponses à ces questions permettraient à l’UGP de travailler plus efficacement dans la mise en œuvre et la mise à l’échelle de la phase pilote AM-ARCH. Ce premier atelier a jeté les bases d’une culture d’apprentissage endogène qui pourrait permettre aux acteurs eux-mêmes de tirer des leçons et des bonnes pratiques.

En outre, l’ACS a fourni aux participants un ensemble de méthodes d’apprentissage qui permettent divers niveaux de rigueur appropriés pour chaque question et le calendrier de l’ensemble du pilote. Cet atelier a construit une approche d’apprentissage qui diffère d’une approche conventionnelle de S&E en ce qu’elle permet non seulement des évaluations périodiques, mais aussi des leçons continues à partager en temps réel pour une gestion plus adaptative et l’utilisation de la traduction des preuves pour soutenir un apprentissage plus large. de contextes extérieurs au Bénin pour améliorer encore la conception des activités. Ainsi, à la fin de l’atelier, les participants ont identifié et assigné à chaque question d’apprentissage une méthode d’apprentissage spécifique adaptée au type de réponses recherchées. Par exemple, des méthodes telles que «lean testing» et «rapid feedback evaluation» ont été choisies pour évaluer respectivement la mise en œuvre d’un système de management et le plan de communication.

Leave a Reply

Comment Guidelines

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Fostering Digital Communities

We create and support global communities of innovators, funders and policymakers for continuous and iterative learning, knowledge generation, exchange and collaboration. Click on the logos below to explore our communities: